livresweb : la bibliothèque du net

La littérature d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. Biographies, critiques, résumés, revue de presse, nouveautés, agenda culturel, jeux de lettres...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Albert Camus, L'Etranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sophie
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 308
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 22/01/2005

MessageSujet: Albert Camus, L'Etranger   Mer 20 Avr à 14:41

Meursault va enterrer sa mère : il regarde, il écoute, il fume, passivement. Il ne participe pas ; il répond ; et c'est tout. Le lendemain, il rencontre Marie, se baigne avec elle, couche avec elle, sans rien vouloir, simplement parce qu'elle est là, et qu'il répond à ce qui l'interroge ou se présente. De même pour Raymond, son voisin, qui lui demande son amitié, et qu'il aide, comme on répond à qui vous parle avec insistance, sans rien penser de particulier. Et la vie coule, poussant les jours, le travail, le soleil, la mer, toutes choses que Meursault constate avec une conscience vide et lucide, toutes choses qui se reflètent sur lui mais auxquelles il ne se donne pas.
Raymond l'invite à pique-niquer avec Marie et un couple ami sur une plage. Tandis que les trois hommes se promènent, ils sont accostés par des Arabes qui ont un compte à régler avec Raymond. Bagarre. Meursault regarde. Plus tard, retourné seul vers la source qui coule à une extrémité de la plage, Meursault y rencontre l'un des Arabes. Cet homme ne lui est rien, et il n'a pas de haine, à peine le souvenir de ce qui s'est passé. Mais l'Arabe sort un couteau, la lame brille au soleil, et Meursault, qui par hasard a encore sur lui le revolver de Raymond, tire, tire encore, aveuglé par la lumière, la sueur, l'air brûlant...


...L'Etranger tendait à son époque le miroir de sa condition, dont la guerre venait de lui révéler l'absurdité. Personnage décalé vis-à-vis du monde, des autres et de soi-même, personnage sans espoir et sans résignation, Meursault incarnait pour la première fois l'homme absurde (ou plutôt la nudité de l'homme devant l'absurde), et il avait d'autant plus de pouvoir qu'il surgissait d'une création romanesque vivante en soi, et forte d'une évidence échappant à la thèse dont elle dérive.
En effet, bien qu'étant le produit d'une pensée, Meursault est avant tout une présence, et née du seul art du romancier. Cette présence nous montre l'absurdité du monde, elle ne la démontre pas ; elle la fonde et c'est à nous d'en déduire la notion. D'où l'extrême puissance de ce livre, qui agit comme un révélateur, et dont le style colle étroitement à son objet. Courtes et neutres, les phrases sont là pour nous suggérer que l'homme absurde ne peut que décrire, que vivre au niveau de l'existence pure, que recommencer à chaque instant, sans durée, sans "liaison". Et la réussite de ce style est totale, qui nous donne à la fois l'éclat de l'instant et sa leçon...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/livresweb
Gennaline
Bavard
Bavard
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : france
Date d'inscription : 14/08/2005

MessageSujet: Re: Albert Camus, L'Etranger   Dim 14 Aoû à 21:40

Je l'ai lu 3 fois. C'est un excellent livre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seriemaniacs.forumactif.com/index.forum
 
Albert Camus, L'Etranger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Albert Camus
» Recherche sur Albert Camus
» [Camus, Albert] L'étranger
» [Camus, Albert] L'été
» Le mythe de Sisyphe - Albert Camus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
livresweb : la bibliothèque du net :: LECTURE :: LITTERATURE FRANCAISE :: OEUVRES-
Sauter vers: