livresweb : la bibliothèque du net

La littérature d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs. Biographies, critiques, résumés, revue de presse, nouveautés, agenda culturel, jeux de lettres...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Henri GOUGAUD

Aller en bas 
AuteurMessage
Betty
Bavard
Bavard
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 17/03/2005

MessageSujet: Henri GOUGAUD   Sam 9 Avr à 13:18

Bonjour !
je suis désolèe de n'avoir pu venir plus souvent, mais je vais tenter d'être plus active... j'ai un peu plus de temps à moi! <:>

J'ai donc le plaisir de vous présenter un Auteur , qui, bien plus qu'écrivain, est également Conteur oral et a fait beaucoup de radio Culturelle!
C'est un homme qui apprécie toutes les saveurs de la vie, tous les chants de la Terre, et tous les dires que souffle le vent:

Henri GOUGAUD

"La raison seule ne peut remplir une vie!
Et la Lumière ne vient pas toujours de notre intelligence.
Cherchez...et vous trouverez!"


Henri Gougaud a dit:
"Lire, écouter une légende, c'est d'abord se laisser envahir par une
jouissance innocente et mystérieuse"
"Les légendes sont ce que nous avons de plus précieux en ce monde!
Chacune est un chemin qui conduit au mystère de la vie.
Elles ne sont pas une pâture puérile.Elles ne sont pas une manière
d'oublier le réel, mais de le nourrir"

Henri Gougaud est né à Carcassonne en 1936.
Auteur de différents ouvrages consacrés à la science-fiction, et le roman de "Belibaste", il a été aussi le parolier de Jean Ferrat, Gréco, Regianni..

J'ai eu la chance de le rencontrer dans les années fin 80, lors d'une "rencontre Conte"... et il nous a emmené dans des contrées profondes et oubliées, nous faisant découvrir à chacun de ses pas, les lieux les plus ténébreux pour arriver enfin à la source de Lumière!

Je vous recommande ces trois ouvrages qui recueillent des Contes des 4 coins du monde, et que Gougaud a adpadté avec beaucoup de tendresse, de saveur, et d'authenticité:
* L'arbre à Soleil
* L'arbre d'Amour et de Sagesse
* L'arbre à Trésors.

Voili! Bonne lecture à vous, et Bonne journée!!!
<:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lejardin.forumactif.com
sophie
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 308
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 22/01/2005

MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   Sam 9 Avr à 23:00

j'ai souvent eu envie de le lire, notamment l'arbre à soleil sunny , mais je ne l'ai encore jamais fait.
Il faudra que je m'y mette un de ces jours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/livresweb
sophie
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 308
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 22/01/2005

MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   Mar 12 Avr à 0:09

j'ai lu la citation que tu nous a envoyé et ça m'a donné envie de poursuivre dans ma connaissance de gougaud (je suis très attiré par les contes et les cultures orales, notemment africaines):

Voici donc ce que j'ai trouvé:

L’arbre

Dans un pays aride s’élevait autrefois un arbre prodigieux.
Sur la plaine, on ne voyait que lui, largement déployé entre les blés et le ciel. Personne ne savait son âge.
Des femmes stériles venaient parfois le supplier de les rendre fécondes, les hommes en secret cherchaient auprès de lui des réponses à des questions inexprimables, mais personne jamais ne goûtait à ses fruits.
Ils étaient pourtant magnifiques, si luisants et dorés le long de ses deux branches maîtresses qu’ils attiraient les mains et les bouches des enfants ignorants.
Eux seuls osaient les désirer. On leur apprenait alors l’étrange et vieille vérité.
La moitié de ses fruits était empoisonné. Or tous, bons ou mauvais, étaient d’aspect semblable.
Des deux branches ouvertes en haut du tronc énorme, l’une portait la mort, l’autre portait la vie, mais on ne savait laquelle nourrissait et laquelle tuait. Et donc on regardait, mais on ne touchait pas.
Vint un été trop chaud, puis un automne sec, puis un hiver glacial. La famine envahit le pays. Seul sur la plaine, l’arbre demeura immuable. Aucun de ses fruits n’avait péri.
Les gens, voyant ce vieux père miraculeusement rescapé des bourrasques, s’approchèrent de lui, indécis et craintifs. Ils se dirent qu’il leur fallait choisir entre le risque de tomber foudroyés, s’ils goûtaient aux merveilles dorées qui luisaient parmi les feuilles, et la certitude de mourir de faim, s’ils n’y goûtaient pas.
Comme ils se laissaient aller en discussions confuses, un homme dont le fils ne vivait plus qu’à peine osa soudain s’avancer. Sous la branche de droite il cueillit un fruit, le croqua et resta debout, le souffle bienheureux. Alors tous à sa suite se bousculèrent et se gorgèrent des fruits sains de la branche de droite qui repoussèrent aussitôt, à peine cueillis, parmi les verdures bruissantes.
Les hommes s’en réjouirent infiniment. Huit jours durant ils festoyèrent, riant de leurs effrois passés.
Ils savaient désormais où étaient les rejetons malfaisants de cet arbre : sur la branche de gauche. Leur vint une rancune haineuse. À cause de la peur qu’ils avaient eu d’elle, ils avaient failli mourir de faim. Ils la jugèrent bientôt aussi inutile que dangereuse. Un enfant étourdi pouvait un jour se prendre à ses fruits mortels que rien ne distinguait des bons. Ils décidèrent donc de la couper au ras du tronc, ce qu’ils firent avec une joie vengeresse.
Le lendemain tous les bons fruits de la branche de droite étaient tombés et pourrissaient dans la poussière. L’arbre amputé de sa moitié mauvaise n’offrait plus au grand soleil qu’un feuillage racorni. Son écorce avait noirci.
Les oiseaux l’avaient fui. Il était mort.


Ombre et lumière, thérapies et poisons coexistent dans la nature.
Sachons les faire coexister en nous.© Henri Gougaud


La conférence des papillons

Les papillons un soir d’été voletant au hasard des brises rencontrèrent l’ombre nocturne d’une maison de pauvres gens. Derrière la lucarne ouverte, ils aperçurent une bougie qui brûlait dans le noir profond. Ils s’émurent, s’éberluèrent. Ils n’avaient jamais vu qu’en songe de semblables lueurs perdues dans l’infini désert des nuits. Sur la branche basse d’un arbre ils s’assemblèrent, frémissants.
- Oh sa beauté ! se dirent-ils.
- Oh sa droiture, sa noblesse !
- C’est une larme de déesse !
- Une goutte de sang divin !
- Sentez-vous comme cette flamme nous appelle ? dit le plus vieux. C’est la lumière de l’amour. Nous l’avons vue, et désormais nous ne pourrons vivre sans elle. L’un d’entre nous doit l’approcher et ramener de ses nouvelles. Elle est notre rêve vivant.
L’un d’eux fut donc à la lucarne. Il se posa sur le rebord. La flamme eut un frisson menu. La pénombre alentour s’émut. Il s’effraya, revint en hâte, décrivit la chose aperçue. Le vieux soupira, il lui dit :
- Tu n’as pas approché la flamme. Que peux-tu savoir de sa vie, de ses passions, de ses désirs ? Rien. Tais-toi donc. Cesse de geindre.
On envoya un autre expert. Celui-là franchit bravement le seuil obscur de la lucarne, effleura la pointe du feu, poussa un cri de papillon, vira de bord, l’aile fumante, et sen revint à la nuit fraîche en braillant qu’il s’était brûlé.
- Insuffisant, grogna le vieux. Nous voulons en savoir davantage.
Un troisième, ivre de passion, s’en fut sans qu’on le lui demande. Il entra, embrassa la flamme, s’embrasa, partit en fumée. On vit de loin ce compagnon un bref instant éblouir l’ombre.
- Lui seul sait ce qu’amour veut dire, murmura le vieux papillon. Il a eu, c’est incontestable, des nouvelles de son aimée.




© Henri Gougaud



Question Betty, je viens de faire une recherche sur internet mais je n'ai encore rien trouv'; saurais tu me dire si "l'arbre a soleil" existe en poche??
Merci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/livresweb
Betty
Bavard
Bavard
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 17/03/2005

MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   Mar 12 Avr à 0:23

OUIIIIIIi, oui, oui! il existe bien en Livre de Poche, mais il faut que tu ailles en Librairie, tu ne le trouveras pas en grande surface...ou très très rarement!

Il est superbe le Conte de l'Arbre, hein?
Je l'affectionne tout prticulièrement, car ce fut le premier conte de Gougaud que j'ai connu, et Oralement, de sa propre bouche!
Un vrai délice!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lejardin.forumactif.com
sophie
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 308
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 22/01/2005

MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   Mar 12 Avr à 0:28

je comprend qu'il t'émeuve alors, ce doit être extraordinaire quand c'est dit par un conteur que je suppose de talent.
Moi, je le trouve vraiment super et comme tout les contes, il est très juste, il n'y a pas la vertu sans le vice, la lumière sans l'ombre ou le bien sans le mal!
Merci pour l'info, je commanderais "l'arbre a soleil" a ma librairie lors de ma prochaine visite chez eux (fin de mois, il faut bien se limiter).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://membres.multimania.fr/livresweb
Betty
Bavard
Bavard
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 17/03/2005

MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   Mar 12 Avr à 1:14

Citation :
il est très juste, il n'y a pas la vertu sans le vice, la lumière sans l'ombre ou le bien sans le mal!
Oui, tout est là!

Bonne nuit Sophie! à demain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lejardin.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri GOUGAUD   

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri GOUGAUD
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Gougaud (L'arbre aux trésors, à soleils, d'amour et de sagesse)
» [Gougaud, Henri] L'homme à la vie inexplicable
» Gougaud, Henri
» Henri Gougaud
» Vos programmes radiophoniques préférés, passés et présents

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
livresweb : la bibliothèque du net :: LECTURE :: LITTERATURE FRANCAISE :: AUTEURS-
Sauter vers: